Rodolphe Viémont

« La réalisation au cinéma est littéralement la capacité de “séparer la lumière d’avec les ténèbres, et la terre ferme d’avec les eaux”. (Genèse 1) »
Andrei Tarkovski in « Journal »
Rodolphe Viémont

Humeur Liquide / être(s) bipolaires

 

Film documentaire de 52' (Ère Productions) - HD - 1.78 - stéréo




RÉSUMÉ

Le réalisateur et sa femme, Laurence, sont tous deux bipolaires (maniaco-dépressifs). Ils livrent ensemble une véritable bataille contre la maladie.
Aujourd’hui Rodolphe Viémont filme Laurence : un portrait et sûrement aussi un autoportrait, sans jamais tomber dans la vulgarité ou le voyeurisme, gommant tout  caractère anxiogène du sujet. Un film intimiste et esthétique.
Rodolphe et Laurence voudrait un enfant. Mais la bipolarité étant une maladie en partie génétique, il y a un risque de 30% à transmettre la pathologie...


 

 

dessin B. Blanqué

 

INTERVENANTS


Merci aux interviewés :

  • Pascal Lévy, psychiatre (Hôpital de la Pitié-Salpêtrière)
  • Chantal Weizmann, psychanalyste
  • Fanny Cohen-Herlem, pédopsychiatre
  • Stéphane Jamain, généticien (INSERM, Hôpital Henri Mondor, Fondation Fondamental)
  • Franck Bellivier, psychiatre (Hôpital Fernand Witold)
 

Avec l'aimable participation des enfants au Perray-Vaucluse : Alexia Huard et Sacha Gazeau.

La voix-off a été écrite par Rodolphe Viémont et interprétée par Robinson Stévenin.

   
      
Robinson Stévenin est né en 1981. Il travaille depuis très jeune pour nombre de cinéastes internationaux. En 2002, Robinson décroche avec « Mauvais Genres »  de Francis Girod le César du meilleur espoir masculin. La même année, il tient un petit rôle dans « Deux » de Werner Schroeter : les critiques américains le surnomment « French Marlon Brando ».
Les rôles s’enchainement : « Mischka » (2002), le film de son père Jean-François, « La Petite Lili » de Claude Miller, « Mon colonel » de Costa-Gavras, « Actrices » de Valeria Bruni Tedeschi puis de « L’École du Pouvoir » de Raoul Peck. En 2009, Robert Guédiguian l'appelle pour son film historique « L’Armée du crime ». Il est la voix-off narrateur de « Humeur Liquide ».

TEASER




FICHE TECHNIQUE

 


Scénario et réalisation : Rodolphe Viémont
Producteur : Christian Monzinger, Régis Cael (Ère Productions)
En coproduction avec Vosges Télévision
Avec la participation de la Région Lorraine, de la Région Pays de la Loire et de la PROCIREP-ANGOA

Tourné en Haute-Normandie, en Pays de la Loire et à Paris.

Chargé de production : Chaoukat Diab
Image : Aurélian Pechmeja, Rodolphe Viémont
Son : Lucas Albert, Rodolphe Viémont
Montage image : Lisa Pfeiffer
Montage son et mixage : Nathalie Jacquemin
Enregistrement voix-off : François Loubeyre

Musique originale : Mansfield.TYA (Julia Lanoë et Carla Pallone)

Remerciements : Brice Blanqué, Mathieu Dehay, Charles Dachary,  François Loubeyre, Christophe Legendre.


Distribution télé : Sandrine Frantz (Lukarn)

Distribution salles : Inward Prod.

Durée : 52'
Format : 1.78
Support copies : DCP, Blu-ray, fichiers vidéo, DVD
Visa N°1444417

Copies françaises ou sous-titrées anglais (possibilité de ST turcs).

 

DIFFUSION TÉLÉ

  • Vosges Télévision : décembre 2014 et avril 2015

 

DIFFUSION SALLE (HORS FESTIVAL)

  • 7 février 2015 : Cinéma Saint-André des Arts, Paris
  • 14 février 2015 : Cinéma Les 400 Coups, Angers   /   enregistrement sonore du débat : http://dai.ly/x2i98a4
  • 30 mars 2015 : Cinéma L'Entrepôt, Paris (75), à l'occasion de la Journée mondiale de la bipolarité
  • 30 mars 2015 : à l'IECA, Nancy (54), à l'occasion de la Journée mondiale de la bipolarité
  • 8 juillet 2015 : à la Péniche Cinéma, Paris (75)
  • 20 octobre 2015 : Cinéma Ciné-Gonne, Saint-Florent le Vieil (49)
  • 19 novembre 2015 : Cinéma CinéSar, Sarrebourg (54), à l'occasion du Mois du Film Documentaire
  • 16 mars 2016 : l'IRTS, Nancy (54), à l'occasion des Journées de la Santé Mentale
  • 6 juillet au 2 août 2016 : Cinéma Saint-André des Arts, Paris (75)
  • 22 août 2016 : Alliance Française de San José (Costa Rica), lors du Derechos Humanos
  • 14 novembre 2016 : Cinéma Jean Gabin, Argenteuil (95), à l'occasion de la Semaine du Handicap
  • 24 novembre 2016 : Salle Laussy, Gières (38), à l'occasion du Mois de l'Accessibilité
  • 11 février 2017 : Cinéma L'Univers, Lille (59)
  • 24 février 2017 : Hôtel Arc-en-Ciel, Les Sables d'Olonne (85), soirée café/ciné de la Petite Lanterne
  • 17 mars 2017 : Cinéma Familia, Jonzac (17)
  • 25 septembre 2017 : Cinéma Jean Vigo, Gennevilliers (92), dans le cadre du ciné-club du cinéma
  • 20 mars 2018 : Cinéma Cinémovida, Cholet (49), dans le cadre des SISM 2018
  • 21 mars 2018 : GEM La Vague à l'Âme, Paris (75), dans le cadre des SISM 2018
  • 22 mars 2018 : double projection au cinéma L'Univers, Lille (59), dans le cadre des SISM 2018
  • 10 avril 2018 : Cinéma La Salamandre, Morlaix (29)


A VENIR : voir page dédiée aux futures projections


FESTIVALS

  • Festival Human Rights, Madrid / New-York / Paris, nov.-déc. 2015
  • Psymages, Bruxelles (Belgique), 25 février 2016
  • Festival ImagéSanté, Liège (Belgique), 18 mars 2016
  • Le P'tit Images Mentales, Louvain la Neuve (Belgique), 15 avril 2016
  • MédiaPsy, Paris (Cité des Sciences et de l'Industrie), 16 novembre 2016


 A VENIR : voir page dédiée aux futures projections

 


SORTIE SALLE : PARIS JUILLET 2016

6 juillet 2016 : sortie parisienne du film, Cinéma Saint-André des Arts, Paris (sélection "Les Découvertes du St André"), en ma présence à chaque séance.

 

SITE DU FILM

Toutes les infos sur le film sur :

www.humeurliquide.com

 

 "MÉMOIRE LIQUIDE" PAR PIERRE LAUDIJOIS

Humeur Liquide, de Rodolphe Viémont, est un film assez original par rapport à ce qu’on peut attendre du traitement d’un tel sujet. Faire un film sur la question de savoir si le cinéaste et sa femme, tous deux bipolaires, peuvent prendre le risque de faire un enfant, sachant la probabilité que celui-ci hérite de la maladie familiale, ne va pas de soi. En effet, on peut penser qu’il faudrait alors choisir entre une approche documentaire, froide et clinique, et une forme méditative, interne au couple, volontiers teintée d’angoisse. Le choix pourrait résider aussi entre deux points de vues. Soit faire un film intime, à la première personne, nécessairement subjectif, soit produire un documentaire scientifique et objectif, quoique non nécessairement dépourvu d’émotion.

En l’occurrence, Rodolphe Viémont choisit… de ne pas choisir ! Bien au contraire, il tisse un film au moyen de plusieurs fils narratifs hétérogènes, mais non hétéroclites :

    1 – Le discours scientifique des médecins, qui s’adressent directement à la caméra, sans pathos.

    2 – Le discours de Laurence, énergique et volontariste. Sur le papier, il s’agit d’un dialogue entre elle et Rodolphe. Mais celui-ci revêt pour le spectateur plutôt la forme d’un monologue, déclaratif d’un engagement et d’une analyse pertinente de la situation.

    3 – La « voix de Rodolphe », mari de Laurence. Le dispositif est ici un peu tortueux, car le cinéaste n’a pas souhaité utiliser sa propre voix. Il a eu recours à un comédien, en l’espèce Robinson Stévenin, qui dit quelques monologues en voix-off, écrits par Rodolphe Viémont. Bien plus, dans les « conversations » entre Laurence et Rodolphe, les répliques du cinéaste ont été post-synchronisées par le comédien. Ce qui produit évidemment une distanciation de nature à introduire une dose de fiction dans la structuration et l’aventure vécue par le couple.

    4 – La « voix de l’eau », essentielle par rapport au titre (Humeur liquide), au lieu habité par le couple, et à la qualification des états d’âme des protagonistes. Les images d’eau (courante) sont de toute beauté, comme le son qui les accompagne. Elles viennent ponctuer le film, et lui donner un cadre à la fois précis géographiquement – la vallée de la Loire – et mouvant comme l’humeur des personnages.

Le résultat est singulier parce que ces différentes « couches » narratives se complètent, tout en contrastant les unes avec les autres, et en s’enrichissant mutuellement.

En visionnant deux films antérieurs de Rodolphe Viémont, Rendez-vous aux cieux et La Loire chuchotera toujours ton nom, on perçoit bien la continuité conceptuelle qui existe dans l’œuvre du cinéaste, au-delà de la disparité des projets et des formes retenues. En effet, le premier film est une fiction jouée par deux comédiens - le fils et le père - et le second une sorte d’essai autobiographique et mémoriel ; pourtant, la présence obsédante d’images de la Loire fonctionne dans tous les films cités comme truchement d’une problématique transmission de génération en génération.

 « Il y a quelque chose de féminin dans la Loire, de sensuel. Quelque chose qui brasse les corps indomptables et les emporte loin », entend-on dans la voix-off qui accompagne le film La Loire chuchotera toujours ton nom, réalisé deux ans avant Humeur Liquide.

Sans se perdre dans de la psychologie de bazar, on peut facilement constater que, dans ces trois films, hantés par la figure du père, l’eau, et singulièrement celle de la Loire, incarne l’instance féminine, absente (mais sous-entendue) dans Rendez-vous aux cieux et La Loire chuchotera toujours ton nom, et absolument centrale dans Humeur Liquide.

Pierre Laudijois, Association La Petite Lanterne, 25 avril 2017

 

REVUE DE PRESSE

"Laurence témoigne de son symptôme avec une grâce et une intelligence qui n'enlève rien au caractère terrifiant de la maladie. (…) Humeur Liquide n'est pas qu'un documentaire. C'est aussi un acte de bravoure face à la maladie. (…) Rodolphe et Laurence (…) sont témoins de ce qui fait vivre : le désir."
Causeur

L’entreprise est à la fois singulière et courageuse. (…) La force d'Humeur Liquide est de faire naître la lumière."
Courrier de l’Ouest


"Lyrique, mais clinique aussi. (...) Ce film est à la fois simple et lumineux."
Télérama

Angers Ma Ville (12 février 2015) (papier)
Courrier de l'Ouest (14 février 2015) (papier)
Ouest France (14 février 2015) (papier)
France 5 Allô Docteurs (23 mars 2015) (télé)
RFI Priorité Santé (25 mars 2015) (radio)
RCF national (30 mars 2015) (radio)
France 3 national 12/13 (30 mais 2015) (télé)
Ouest France Dimanche (18 octobre 2015) (papier)
France 3 Pays de la Loire 19/20 (20 octobre 2015) (télé)
Étoile bipolaire (17 juin 2016) (web)
Allociné (6 juillet 2016) (web)
Télérama (6 juillet 2016) (papier)
Causeur (14 juillet 2016) (papier)
Ombres et Lumière (21 juillet 2016) ( web)

          

 

AVIS DE SPECTATEURS

  • « Je vous remercie d’avoir franchi la ligne du tabou, avec autant de sincérité, de simplicité, de courage. Ce film doit être vu par le plus grand nombre. Il éclaire le silence. »
    Fabienne Aguado, Moulin d’Andé
  • « Le sujet est intéressant et la parole précieuse. »
    Milan Christich, Ana Films
  • « Ce film est puissant. Il est le meilleur traitement que je pense avoir vu sur ces thèmes. »
    Paule Leonardo, psychologue
  • « Ce film réussit un pari fragile, personnel, tout en sachant rester d’une grande pudeur et d’une grande sobriété. »
    Jean-Christophe Soulageon, Les Films Sauvages
  • « J’ai trouvé très bien écrit et bien filmé. J'ai été assez impressionné par la conscience que vous avez de votre maladie avec ton épouse, et on sent que cette conscience est votre ancre. »
    Jean-Yves Fischbach, réalisateur
  • « Très beau travail, très émouvant, original qui traite de questions rarement abordées. »
    Pr Franck Bellivier, psychiatre
  • C'est un très beau documentaire, chargé d'émotions, fluide, fort. Et ce que trouve particulièrement beau, c'est que, malgré l'ombre portée de la maladie, ce film est lumineux, innervé de douceur et d'amour. »
    Johann Cariou
  • « Un texte particulièrement soigné et des mots d' une justesse incroyable... Magnifique. »
    Jean-Michel Simon, pharmacien
  • « Merci pour votre film ! Il apportera beaucoup. Bravo à Laurence pour tout ce qu'elle porte. »
    Bénédicte Loyen, comédienne et photographe
  • « Votre film m’a énormément apporté, vous avez mis des mots sur des souffrances et des ressentis que je n’avais même jamais formulé. C’est à moi de vous remercier et de vous encourager, mes parents étaient dans la salle et je suis sûre qu’ils ont pu mieux comprendre l’ « énigme » que je suis parfois pour eux. »
    Nathalie Maunoury, Asso. France Dépression 75
  • « (...) En définitive, le résultat tient autant du documentaire, avec ce qu'il comporte de factuel, que de l'artistique. Le réalisateur parvient à marier ces deux ambitions, et le résultat vaut la peine d'être vu. »
    Étoile Bipolaire
  • « Merci infiniment encore pour le magnifique témoignage que vous partagez de la traversée de la maladie bipolaire ; aucun pathos, une vérité crue et bouleversante de sincérité… »
    Laurence Guichaoua-Fernandez, Asso. Aerolith
  • « On s'y reconnait dans le 1er tiers, on comprend ensuite qu'on a rien compris, et l'empathie avec "les personnages" va crescendo… »
    Stéphane Manzone, réalisateur
  • « Ce film qui m'a bouleversée. Laurence est émouvante de vérité – et particulièrement jolie. Quel beau couple ! Une belle leçon à tous ceux qui se plaignent souvent pour rien. Je pense que Laurence a raison lorsqu'elle dit que l'amour prend progressivement le dessus sur la maladie et plus il y aura d'amour, d'enfants, plus ce sera la force de votre famille. »
    Sophie Resplandy
  •  

RETOUR DE YOUTUBEURS

  •  "ca fait du bien de voir des autres qui combattent contre le meme souci un film plein d`espoir"
  • "Dans le flot des docs sur le sujet de la bipolarité, votre film est le meilleur que j'ai vu. Mais il est aussi très beau, artistique."
  • "J'en ai les lames aux yeux de soulagement."
  • "je me retrouve dans ces paroles..."
  • "c tt moi"
  • "Merci, touchant! vous redonnez de l'espoir !!"
  • "J'ai beaucoup d'affection pour Laurence"
  • "J'adore la fin..."


UTILISATION "INSTITUTIONNELLE" DU FILM

  •  Catherine Guilyardi (BBC, France Culture) a utilisé le film dans son cours à l'ESJ de Lille (école de journalisme) autour de la notion du "je" dans le documentaire.

    « HUMEUR LIQUIDE utilise une multitude de formes narratives - voix off, interviews de 'sachants', poèmes, citations - et permet à cette histoire entre deux êtres et si intime de devenir universelle. La relation entre le réalisateur et sa compagne, qui sait si bien exprimer ce qu’elle ressent- est au cœur de l'histoire, même si l’on ne voit jamais Rodolphe Viémont, ni ne l’entend (le texte du narrateur est dit par un acteur (Robinson Stévenin) et s’il est celui qui pose les questions. Un dispositif intéressant. »
  •  Nathalie Maheu utilise le film pour son cours de psychopathologie à l’Institut Cardijn de Louvain-la-Neuve (BE), haute école de formation d'assistants sociaux.
  • Le film a été utilisé par Aurore Foissac-Nourry auprès de mandataires judiciaires pouvant avoir sous tutelle des personnes atteintes de bipolarité.
  • Le témoignage de R. a été utile à l'EHPAD Nazareth (Orléans) pour présenter son futur établissement d'accueil de jour pour les bipolaires de la ville, "La Boussole".
  • Le film est utilisé à la formation des infirmiers, à l'IFSI d'Angers.


VOIR, LOUER, ACHETER LE FILM

QUELQUES LIENS, DOCUMENTS...



(c) Adélaïde Viémont.

 

     

Dossier de presse (juin 2016) | Photogrammes (galerie) | Photogrammes compressés (ZIP)