Rodolphe Viémont

« La maison n’accepte pas l’échec ! »
RV
Rodolphe Viémont

La Croix Consatrice

 

Nouvelle de 70 pages, d'après le court-métrage "Un Éclat".

Inédit, 2008.

Relecture en cours pour publication.

 

EXTRAIT

À mes côtés, un vieil électrophone. Tout était tellement désuet dans mon antre. C’est  que j’avais arrêté de vivre quand elle était partie, il y avait déjà vingt ans.
Je soulevai le bras du tourne-disque et le posai sur le vinyle, déjà en place. Un « Impromptu » de Schubert s’éleva dans la pièce, sous les grésillements du diamant.
Pas l’envie de finir mon yaourt. Je m’en débarrassai sur la table, à côté du lit. Je préférais me servir un verre de whisky. Je préférais toujours me servir un verre de whisky.
Je reposai la bouteille par terre, à mes pieds, et plongeai mes lèvres dans l’alcool amer.
Dans la pièce, peu éclairée (seule une lampe de chevet me découpait sur le plafond), aucun aménagement personnel. N’importe qui aurait pu habiter ici. On aurait dit une cellule de moine. Les murs étaient en map blancs, ou crème (avec la lumière qui n’entrait jamais vraiment dans le studio, il était difficile de savoir) ; on aurait dit de la chaux.
Une cellule de moine, vous dis-je. Nulle décoration. Juste une pauvre et unique photo, au-dessus du lit, te rappelait à mon souvenir ; une photo de nous deux, au bord de la mer, en noir et blanc. Un reste de bonheur.