Rodolphe Viémont

« Le Réel est la part excédentaire de la réalité. Il n’est pas un second ou autre monde, dissimulé derrière le premier. »
Philippe Arnaud, in « Robert Bresson »
Rodolphe Viémont

Mars / avril 2010


  • « Je la vois, au bord de la rivière, qui penche la tête en pensant à moi, ses beaux yeux cherchant en elle-même l'image de moi qu'elle préfère entre toutes. Ah ! mon ange - mon nouvel ange, noir, me suit à présent - j'ai échangé l'ange de la vie pour l'autre. Je reste devant le crucifix qu'il y a chez nous et j'attends, habité par une certitude, j'allais voir couler les larmes de Dieu, et déjà je les voyais dans le visage allongé, en plâtre blanc, qui paraissait vivant - vivant, meurtri, fini, les yeux baissés, les mains clouées, ses pauvres pieds cloués aussi, l'un sur l'autre, comme les pieds des pauvres ouvriers mexicains que l'on voit l'hiver dans les rues, attendant les types qui arrivent avec des caisses pleines de chiffons, de camelote à vider, un pied posé sur l'autre pour avoir plus chaud - Ah ! la tête penchée de côté, comme la lune, comme ma photo de M., la mienne et celle de Dieu ; les souffrances d'un Dante, à seize ans, quand on n'est pas conscient, quand on ne sait pas ce qu'on fait.
    Tandis que, dans l'obscurité mon âme intense et tragique revient chercher ce qui a été et qui a disparu, qui s'est égaré, perdu sur un chemin - les ténèbres de l'amour, M., la jeune fille que j'aimais. »

    J.Kerouac

  • « The Big dream
    vs
    Violent assassination of
    Spirit & neck & skull
    wounded he arrived »

    J. Morrison

  • Einstürzende Neubauten...



  • Patti Smith par Robert Mappelthorpe

                

    Robert Mapplethorpe, Patti Smith, 1973                             Albrecht Dürer, Autoportrait à la fourrure, 1500

     

  • Plus un scénario est structuré, plus on pourra s'amuser sur le plateau à mettre en place un découpage inventif. Plus les personnages de papier seront cohérents psychologiquement, plus les comédiens pourront, sur le vif, les libérer, les désenchainer sans que leurs crédibilités en pâtissent. Plus les rouages de l'histoire sont précis en écriture, plus on pourra tout casser au montage, en macro (casser la chronologie ) et en micro (jump-cuts...)
    Bref, c'est à partir d'un scénario le plus classique possible, que l'on peut parvenir, parfois, à faire un film original.

  • 3 de la bande des 6...

    Roger Nimier Antoine Blondin Paul Morand

  • « Quand j’écris un scénario, je m’imagine les choses telles que je les ressens. C’est vrai pour le personnage de Marcos comme pour la ville de Mexico, et sa texture sonore. Je montre la chair, les cheveux, les liquides et la lumière. Et le film tourne autour de ce désir - «anhelo» en espagnol - de sentir, de connaître, d’être là, d’être conscient.
    Je n’essaie pas de donner des réponses, mais de poser des questions, et je me contente de constater les mystères de la vie, qui est à la fois notre existence et notre conscience.
    Par le corps, on essaie d’entrer dans ce monde. Et à la fin du film, une nouvelle scène nous rappelle que nous sommes aussi cette chair qu’il nous faudra quitter un jour. Chacun d’entre nous est éphémère, mais nous sommes aussi, tous, un dieu, en soi. »

    Extrait de l'interview de Carlos Reygadas, dossier de presse de « Bataille dans le Ciel »



  • « Les personnages de roman sont des personnages horizontaux, typographiques, qui ne vivent bien que sur le papier, couchés. Portez-les tels quels à l'écran, ils s'écroulent. Ils ne tiennent pas debout. Les personnages de films, eux, sont des personnages verticaux. Ils doivent aller et venir. Ils ne vivent pas dans les mêmes dimensions. »

    Henri Jeanson
  • Requiescat in pace (sans autre explication)

  • « La vie est un rêve ; c'est le réveil qui nous tue.  »
    « Chacun de nous a son passé renfermé en lui comme les pages d'un vieux livre qu'il connaît par coeur, mais dont ses amis pourront seulement lire le titre. »

    Virginia Woolf : la dichotomie de l'âme brisée...


                                                                                             « Femme au miroir  » par Magritte

  • La vraie histoire de Jeanne d'Arc... (par P. Desproges)

  • Rimbaud dead...



  • « _ Vous avez été à la fois scénariste, réalisateur, acteur, producteur et attaché de presse de vos propres films. Pourquoi ainsi tout cumuler ?
    _ Pour gagner du temps. En France, l'auteur doit dialoguer avec l'acteur principal qui dialogue avec le réalisateur, qui dialogue avec le producteur, qui dialogue avec l'attaché de presse. Ça fait quatre déjeuners. Moi je supprime les intermédiaires, je bouffe un hareng le soir tout seul à poil dans ma cuisine et quand j'en sors tous les problèmes sont réglés. »

    Jean Yanne, « Pensées, répliques, textes et anecdotes »

  • « Je viens de là : de la terre humidifiée par le fleuve... »  R.V.