Un Éclat

Un Éclat

4 mai 2007 Non Par Rodolphe Viémont

Fiction de 16′, 2007. Produit par Fée Clochette Prod. et distribué par L’Agence du Court-Métrage.


Depuis son veuvage, Pierre Lumens est fermé au monde, aux hommes. Il n’a dans la vie d’autre passion que son travail : la restauration d’œuvres d’art.
On lui impose un jour la restauration d’un vieux crucifix moyenâgeux. Réticent à l’idée de travailler sur ce qu’il appelle des « bondieuseries », l’artisan se met toutefois au travail, mais sans conviction. Progressivement, il prend sa tâche très à cœur. Au fur et à mesure qu’il redonne vie au crucifix, celui-ci va à son tour le ramener dans l’humanité, la pitié et peut-être la piété.


Réalisation et scénario: Rodolphe Viémont

Image: Pierre Chevrin
Son : Benoît Lucas
Décors: David Ledorze
Production : Christophe Vallée et Rodolphe Viémont
Direction de production : Nicolas Le Govic
Régie : Wahmetu Filhol
1er assistant réalisateur : Camille Servignat
Scripte : Maud Charquet
Montage : Lisa Pfeiffer
Montage son : Benoît Lucas, François Loubeyre
Mixage : François Loubeyre
Photographe de plateau : Chrystel Jubien
Musique originale : Jérôme Soudan
Étalonnage : Franck-Olivier Chalard

Producteur délégué : Christophe Vallée, Rodolphe Viémont
Production : Fée Clochette Prod., SCF, Bayard Presse
Distribution télé : Agence du Court-métrage

Durée : 25′
Format : 1.78
Visa n°115.635
Support copies : Béta SP, Béta Num, HD-Cam, DV-Cam
Copies françaises et anglaises (S.T.)
Sous-titres DVD : allemand, anglais, italien, espagnol.


Distribution

Aurélien Recoing, Olivier Py, Pascal Bonnelle, Claudine Lacroutz, Thomas Drelon.


Diffusion

  • Diffusion web : Le Jour du Seigneur (France), Glimz.net (Scandinavie), 6nema.com (France), Movieola (Canada)
  • Diffusion télé : KTO et Vosges Télévisions (France)

Festivals

Diffusions en festival en France : 

  • Festival CinéSaintA, Saint-Avold, 2007, en compétition
  • Festival International du Film Vidéo, Vébron, 2007, en compétition
  • Ose ce court, Bischheim, 2007, en compétition
  • ECU, Paris, 2008, en compétition
  • Programs Without Frontiers, Paris, 2008, en compétition, Prix de la Photo
  • Programs Without Frontiers, Strasbourg, 2008, en compétition, Prix du Meilleur Décor
  • Courts sur Cour, Levens, Falicon, 2008, en compétition
  • European Spiritual Film Festival, Paris, 2009, en compétition
  • Festival Kaléidoscope, Poitiers, 2009, en compétition

Diffusions en festival international : 

  • Festival des Films du Monde, Canada, 2007
  • Festival international du cinéma francophone en Acadie, Canada, 2007, en compétition
  • Haydenfilms Online Film Festival, États-Unis, 2007, en compétition
  • CINESPI, Louvain, Belgique, 2008, en compétition, Prix du Jury (ex-aequo)
  • Festival des Nations, Ebensee, Autriche, 2008, en compétition
  • Iñigo Film Festival, Sydney, Australie, 2008, en compétition
  • KingDomWood Festival, Atlanta, USA, 2008, en compétition
  • Washougal Film Festival, Washougal, USA, 2008, en compétition
  • Religion Today Film Festival, Vatican, Italie, 2008, en compétition
  • Programs Without Frontiers, New-York, USA, 2008, en compétition
  • Programs Without Frontiers, San Francisco, USA, 2008, en compétition, Prix du Meilleur Acteur (Aurélien Recoing)
  • Festival du Prix Farel, Neuchâtel, Suisse, 2008, en compétition
  • Programs Without Frontiers, Barcelone, Espagne, 2008, en compétition
  • Programs Without Frontiers, Bruxelles, Belgique, 2008, en compétition
  • International Christian Film Festival, Irvine, USA, 2008, en compétition, Meilleur film étranger
  • WildSound Film Festival, Toronto, Canada, 2009, en compétition, Prix du Public de la Meilleure Image
  • Busho Film Festival, Budapest, Hongrie, en compétition
  • Niepokalanow Festival, Varsovie, Pologne, en compétition, Meilleure Fiction 
  • Spirit Enlightened Festival, online festival, en compétition

Extrait


Voir le film

Télés, festivals, diffuseursContactez-nous.

Grand public.

 VOIR LES FILMS EN VOD       2,00 € (location 72 h) 


Presse

  • « Il y a un peu de Bernanos dans cette histoire, explique Olivier Py qui interprète le prêtre de Cunault. Il y a de cette poésie de l’absence de Dieu. » Pour cet ce comédien qui de déclare doublement « minoritaire » parce qu’il a choisi la théâtre et parce qu’il se dit catholique. Pourquoi avoir accepter de participer à cette fiction ? « Pour une fois, j’ai reçu un scénario qui voulait dire quelque chose », répond-il comme s’il s’agissait d’une évidence… (…)
    Il s’agit d’une oeuvre dense et habitée. Une source mystique évidente coule tout long de l’histoire de cet artisan révolté face à ce crucifix qu’il a le devoir de restaurer… Le personnage qu’incarne avec beaucoup de présence, de profondeur et de sensibilité, Aurélien Recoing, peint un homme révolté par le décès de sa femme, il y a quinze ans. Une révolte que ni le temps ni l’alcool ne parviennent à adoucir… Les émotions, les états d’âme du personnage transpirent sans avoir recours à l’habillage des mots. Et pourtant, à son corps défendant, l’artisan, rongé par le désespoir, se laisse « ré-humaniser » par ce Christ de bois, humble, fragile et démantelé, que la croix ne soutient même plus. »
    Pèlerin (web, 2007)
  • « Certes il y a ces message de rédemption et de salut offerts à tout Homme qui émergent à la surface de l’histoire, mais j’ai été très sensible aussi à cette autre idée qui révèle que les chefs d’oeuvre de notre patrimoine sont bel et bien des « matières vivantes » et non de simples reliques d’un passé révolu. »
    Patrimoine en blog (web, 2007)
  • « Cette fiction est une évocation réussie de la Passion du Christ. »
    Le Jour du Seigneur (web, 2008)

Bonus

  • « (…) Les meilleures surprises viennent parfois du court-métrage  : L’Eclat, de Rodolphe Viémont, conte l’édifiante relation naissant entre un précieux crucifix et un restaurateur d’art chargé de lui redonner sa splendeur perdue. Né à Angers, et attaché à sa région, le réalisateur nous fait don d’un moment de grâce inouïe lorsque Le Trait d’Union, le bac assurant la traversée de la Mayenne à Pruillé, apparait telle une nef de lumière dans la nuit profonde ; une figure angélique et spectrale en descend, console le héros et le conduit vers l’autre rive, symbole puissant s’il en est puisque le film décrit la conversion d’un homme, son passage de l’ignorance à la verticalité. La scène finale, filmée dans la prieurale Notre-Dame-de-Cunault, s’appuie sur d’élégants travellings qui rendent hommage à la majesté de son déambulatoire, à l’ampleur de ses lumineux volumes. (…) »
    Bruno DENIEL-LAURENT, « L’Anjou en toutes lettres » (livre, 2012)
  • « Je trouve le film réellement splendide, d’un grand courage, d’une profondeur théologique rare et d’une admirable sensibilité. Outre la transparence avec les thèmes catholiques c’est avant tout du très beau cinéma, un montage exact, une image toujours forte. (…) La rencontre de Dieu se fait ici, comme dans les derniers films de Bresson, dans la nuit d’un vendredi saint cinématographique. A la manière de Bernanos, Dieu y est cette absence si grande qu’elle crie, cette absence débordante et dont il nous appartient de faire une présence. »
    Olivier Py (un spectateur un peu particulier)

Making-of réalisé par Chrystel Jubien


Extraits de la BO composée par Jérôme Soudan (aka Mimetic)


Galerie de photogrammes